Un site par SequoiaEducation : le coup de pouce pour les enfants souffrant de difficultés scolaires

Enfants intellectuellement précoce, enfer ou paradis ?

Les enfants surdoués sont censés être bons à l’école, non ? Alors pourquoi tant d’entre eux réussissent si mal ?

Quand la plupart des gens entendent le mot “doué”, ils pensent à des enfants qui aiment apprendre, qui sont bons à l’école, qui sont les petits favoris des enseignants… Ils ont des images d’enfants avec un haut potentiel regardant des piles de manuels scolaires ou résolvant des équations mathématiques complexes au tableau noir. Mais cette image ne pourrait être plus éloignée de la réalité de nombre d’entre eux.

Ce à quoi ils ne pensent pas, ce sont les heures de lutte pour faire les devoirs de base, la frustration des réponses écrites longues qui sont maintenant exigées dans la plupart des cours de mathématiques. Ces difficultés, combinées à des problèmes sociaux et émotionnels comparables à ce que vivent les enfants dys, peuvent faire de l’école un environnement particulièrement difficile pour nos jeunes les plus brillants.

Les EIP sont en difficulté sur le plan social

Le collège et le lycée en particulier sont connus pour leurs problèmes sociaux complexes. Nous pouvons tous nous souvenir de l’angoisse de savoir quoi porter ou le stress d’une présentation à venir devant toute la classe.

Pour l’enfant surdoué, l’établissement de liens sociaux significatifs et la “performance” à l’école peuvent être particulièrement difficiles. Le développement asynchrone des capacités de l’enfat peut signifier qu’un élève de 6e se trouve dans une classe de mathématiques de 4ème ou 3ème mais qu’il préfère jouer au Pokemon avec les élèves de CE2.

S’ils ont de la chance, ils passent leurs journées à satisfaire leurs besoins scolaires, mais sans amis qui partagent leurs intérêts. Mais le plus souvent, ils passent leurs journées à s’ennuyer avec le matériel et à être mis de côté par leurs camarades.

Imaginez par vous-même ce que vous ressentiriez dans un travail où vos collègues se moquent de vous, vous ignorent pour toutes les activités d’équipe, et vous vous ennuyez et n’êtes pas stimulé par le travail… Situation difficile n’est-ce-pas ?

Pendant huit heures par jour, cinq jours par semaine. Les enfants qui se trouvent dans cette situation ont peu de chances de réussir à l’école – il y a tout simplement trop de facteurs qui jouent contre eux.

Trouver la bonne personne peut littéralement leur sauver la vie. Les enfants intellectuellement précoces ou surdouées ont rarement besoin d’une large bande d’amis ; elles ont tendance à établir des liens significatifs avec une seule personne qui partage leurs idées. Souvent, ce lien est établi en dehors de l’école – dans un club spécialisé, une bibliothèque, un parc. Le fait d’avoir quelqu’un qui a des relations avec eux et qui apprécie les mêmes choses peut être une ligne de vie qui les aide à se sentir normaux et acceptés.

Les enfants intellectuellement précoces sur le plan scolaire

La plupart des enfants surdoués connaissent un développement asynchrone, tant sur le plan social qu’intellectuel. Ils peuvent se situer dans le 99e percentile de la population pour les mathématiques, mais dans le 75e pour la lecture.

Leur talent se situe peut-être dans les relations visuelles-spatiales mais ils ont du mal à mémoriser les notions mathématiques de base. Une idée fausse courante est que si vous êtes doué, vous êtes “intelligent à tous points de vue”. Cette perception peut conduire à certaines attentes en classe qui sont irréalistes pour la plupart des enfants surdoués.

Les parents exprimeront leur inquiétude de voir leur enfant s’ennuyer et ne pas être stimulé, pour ensuite se voir infliger des notes inférieurs à la moyenne dans une autre matière pour justifier que l’enfant “ne peut pas être surdoué” et n’a donc pas besoin d’enrichissement ou de différenciation. Des années de ce genre peuvent user la confiance d’un enfant et lui ôter ses forces et sa motivation. Ils commencent alors à obtenir des résultats insuffisants et à se mettre à l’écart en classe. Ils peuvent perdre leur amour de l’apprentissage et l’école devient un lieu où il faut “passer à travers” ou “s’assoir et attendre”.

Les devoirs sont souvent un facteur qui contribue à leur aversion pour l’école. Les enfants intellectuellement précoces ont rarement besoin de redoubler autant qu’à l’accoutumée. Ils comprennent et intériorisent rapidement le sujet et n’ont pas besoin de faire les dizaines de problèmes pour le renforcer.

L’écriture est également une frustration courante qui peut avoir un impact sur leur volonté de faire leurs devoirs. Leur cerveau travaille beaucoup plus vite que leurs mains ne peuvent écrire, et les travaux terminés ressemblent rarement à ce qu’ils ont en tête.

Lorsque nous étudions la résistance aux devoirs, nous devons également penser à ce que la journée a été pour un enfant surdoué. Ils ont passé toute la journée à s’ennuyer, assis, avec peu ou pas d’amis.

Lorsqu’ils rentrent à la maison, ils veulent en finir avec l’école, ne plus s’asseoir et continuer à travailler sur les mêmes choses. La maison est leur zone de sécurité où ils peuvent être eux-mêmes et poursuivre leurs propres centres d’intérêts. Il n’est pas étonnant qu’ils se battent pour faire leurs devoirs et étudier.

Le perfectionnisme joue également un rôle important dans leur travail scolaire. L’attente – la leur et celle des autres – est qu’ils réussissent tout, et facilement. Lorsqu’ils sont confrontés à un problème difficile, ils choisissent souvent de ne pas s’y essayer du tout, plutôt que de risquer de se tromper et d’être gênés.

Ce sentiment est renforcé lorsque les enseignants s’étonnent d’un mauvais résultat à un test parce qu’ils sont “tellement intelligents”. Il est plus facile de ne pas essayer du tout que d’essayer et d’échouer. Un bon enseignant encourage ses élèves surdoués à essayer tous les jours peu importe le résultat.

Il se peut qu’un EIP ne soit jamais à l’aise avec le concept “si tu n’échoues pas tu n’apprends pas”, mais au moins ils peuvent anticiper et comprendre leurs propres réactions.

À la maison, faites des démonstrations d’échec vocales et fréquentes ! Participez avec eux à des activités ou des jeux nouveaux et stimulants, parlez de vos propres échecs – petits et grands.

Ces moments peuvent s’intégrer à leurs travaux scolaires et aider les enfants dyslexiques à réaliser que la perfection n’existe pas.

Sensibiliser les enseignants à la réalité des enfants à haut potentiel et s’assurer que nos enfants se trouvent dans un environnement d’apprentissage adéquat peut faire toute la différence. Les mauvaises habitudes s’acquièrent tôt et peuvent être difficiles à perdre.

Lorsque nous répondons à leurs besoins, nous devons également nous assurer que nous prenons en compte l’enfant surdoué dans son ensemble : sa vie sociale, ses devoirs, la dynamique familiale, les activités en dehors de l’école.

Les enfants doués sont rarement “intelligents” dans tous les domaines et la compréhension est la première étape pour obtenir le soutien et la structure dont ils ont besoin pour réussir et s’épanouir. En effet, tout comme il n’existe aucun traitement de la dyslexie, un enfant précoce ne pourra jamais se “guérir” de sa condition s’il n’en est pas satisfait.

Que signifie “intellectuellement précoce” ?

Appelés également enfants génies, surdoués, ou à haut potentiel, les enfants intellectuellement précoces se caractérisent par un rythme de développement rapide qui n’est atteint que par 2 à 5 % des enfants. … Ces enfants présentent souvent un développement affectif et psychomoteur relativement moins avancé que leur développement intellectuel

cerveau et QI chez l'enfant dyslexique

Quel est le QI d’un enfant haut potentiel ?

Même si le QI n’est qu’une mesure imparfaite parmi tant d’autre, la majorité des enfants surdoués ont un QI élevé. Les tests de QI peuvent être utilisés pour déterminer le niveau intellectuel de certains enfants quant à un certain type de tâches. Selon le test utilisé, les enfants légèrement surdoués obtiennent un score de 115 à 129, les enfants modérément surdoués de 130 à 144, les enfants très surdoués de 145 à 159, les enfants exceptionnellement surdoués de 160 à 179 et même dans un cas extrême, plus de 180.

À quel âge peut-on dire si un enfant est doué ?

Le meilleur moment pour tester le QI d’un enfant surdoué se situe entre 5 et 8 ans. Si vous avez besoin de savoir si votre enfant est intellectuellement précoce, il serait bon de le faire tester entre 5 et 8 ans. Cela permet de se préparer et de mettre en place un cadre familial adapté. En effet, tout comme les enfants dyslexiques nécessitent une prise en charge adaptée, les EIP ont souvent besoin d’une structure familiale légèrement différente de ce à quoi les parents sont habitués

Quelle est la différence entre un enfant doué et un enfant génie ?

Le génie peut être défini comme quelqu’un qui possède des capacités exceptionnelles en termes de créativité, de capacités intellectuelles, d’originalité et même de réflexion hors des sentiers battus. Le don peut être défini comme une capacité extrême en termes de créativité, de connaissances académiques, de capacités artistiques, etc.

    Comment savoir si un enfant est surdoué ou juste très intelligent / précoce ?

    Aucun individu doué n’est exactement le même, chacun ayant ses propres modèles, son propre comportement et ses traits uniques. A l’image de la dyslexie qui n’est pas une maladie, l’intélligence précoce n’est pas une condition passagère clairmenent liée une bacterie ou un virus. Les individus surdoués ont de nombreux traits en commun, mais aucun enfant surdoué ne présente de traits dans tous les domaines. Cette liste de caractéristiques peut vous aider à mieux comprendre si votre enfant est doué ou non. Si celui-ci présente plusieurs de ces traits de manière anormalement prononcé, le doute est permis…

     

    • L’enfant est particulièrement cognitif, créatif ou affectif
    • Forte capacité d’abstraction
    • Intérêt pour la résolution de problèmes et l’application de concepts
    • Lecteur vorace et précoce
    • Vaste vocabulaire
    • Curiosité intellectuelle
    • Pouvoir de la pensée critique, scepticisme, autocritique
    • Un comportement persistant et orienté vers un objectif
    • Indépendance dans le travail et les études
    • Diversité des intérêts et des compétences
    • Créativité et inventivité
    • Un sens de l’humour aigu
    • Aptitude à la fantaisie
    • Ouverture aux stimuli, larges intérêts
    • Intuitivité
    • Flexibilité
    • Indépendance dans l’attitude et le comportement social
    • Acceptation de soi et désintérêt pour les normes sociales
    • Radicalisme sur certaine opinions ou idées (“l’école est mauvaise pour moi, point.”)
    • Engagement fort à l’égard d’un travail qu’il choisit volontairement
    • Une profondeur et une intensité émotionnelles inhabituelles
    • Une forte sensibilité ou empathie
    • Des attentes élevées vis-à-vis de soi-même et des autres, qui conduisent souvent à des sentiments de frustration
    • Une conscience de soi accrue, accompagnée du sentiment d’être différent
    • Vexés ou blessés facilement, besoin de soutien émotionnel
    • Nécessité d’une cohérence entre les valeurs abstraites et les actions personnelles
    • Des niveaux avancés de jugement moral
    • Idéalisme et sens de la justice
    • Spontanéité
    • Un enthousiasme sans bornes
    • Intensément axé sur les passions – résiste aux changements d’activités lorsqu’il est absorbé par ses propres intérêts
    • Très énergique – a besoin de peu de sommeil ou de temps d’arrêt
    • Curiosité insatiable, il pose constamment des questions
    • Impulsif, enthousiaste et fougueux
    • Persévérance – une forte détermination dans les domaines importants
    • Des niveaux de frustration élevés, en particulier lorsqu’il est difficile de respecter les normes de performance (qu’elles soient imposées par soi-même ou par les autres)
    • Un tempérament volatile, surtout en ce qui concerne la perception de l’échec
    • Parler/changer de sujet différents sans arrêt
    formation des parents

    Découvrez une série d’exercices efficaces pour aider votre enfant à progresser

    Sans passer par des classes spécifiques SEGPA ou AVS

    Avec des exercices motivants, efficaces, ludiques ET conçus par des professionels

    Des activités à faire chez soi pour améliorer la santé morale de l’enfant

    Recevez gratuitement

    2 exercices simples à faire avec votre enfant

    et aidez-le à progresser.

    Les dys ont besoin d’être aidés et lorsqu'ils sont jeunes, ce sont les personnes les plus proches d’eux, à savoir leurs parents, qui sont les mieux placés. Pour les parents le guide est destiné à vous permettre de mieux comprendre le handicap de votre enfant. De son côté les exercices ont pour objectif de l'aider à s'améliorer et augmenter sa confiance en lui.

    Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
    Merci de votre confiance, vous recevrez très vite un email de la part de Raphaël contenant vos exercices. Vérifiez votre onglet Promotion ou Spam si ce n'est pas le cas.

    Recevez votre guide gratuit d'exercices inédits pour les enfants dys

    Conçu par nos experts, vous le recevrez immédiatement dans votre boite email !

    Le guide est dans vos mails !