8 méthodes pour aider un dyslexique dans ses devoirs

Introduction : des dys et les devoirs

Les devoirs jouent un rôle important dans l’apprentissage scolaire. Il est conseillé d’y accorder 20 minutes par jour à l’école élémentaire, 60 minutes au collège, et 90 lorsque l’on passe au lycée. Seulement, il n’est pas rare que les élèves dyslexiques doivent passer 2 à 3 fois plus de temps que les autres pour la même charge de travail, en raison de leurs difficultés marquées.

L’inconvénient, en dehors du fait d’y passer plus de temps, est que tous les bénéfices que l’on tire de la pratique et des révisions sont annulés par la frustration et l’épuisement de l’enfant ou du jeune.

Si des aménagements sont souvent utilisés à l’école pour aider les élèves dyslexiques à terminer leurs travaux, cela se fait rarement pour les devoirs puisqu’ils sont faits au domicile de l’enfant, sans les enseignants. Ces derniers doivent être conscients qu’il est inutile de surcharger et accabler de devoirs un enfant dyslexique en s’attendant à ce qu’il les fasse aussi bien et dans le même laps de temps que les élèves non dyslexiques.

Afin d’aider les dys à mieux supporter leur handicap, il est essentiel d’adapter la charge de travail, et de mettre en place des protocoles ou aides afin de faciliter les devoirs à la maison.

8 méthodes à suggérer aux enseignants lorsqu’ils donnent des devoirs :

1- organiser la prise de note des devoirs.

Pour un dyslexique, la difficulté commence au moment même où il faut noter les devoirs sur l’agenda ou le cahier de texte. Il est donc important qu’ait des repères, et qu’on facilite sa prise de note.

  • Écrire les devoirs tous les matins, toujours sur la même partie du tableau, et laisser cette partie vide de tout autre texte. Cela leur donne un repère et leur permet d’avoir assez de temps pour les écrire.
  • Les devoirs sont envoyés directement aux parents via un courrier électronique ou un calendrier en ligne. Cette méthode permet d’assurer les bons devoirs mais n’entraîne pas les enfants à être autonome.
  • Le répondeur téléphonique de la classe est modifié chaque matin en fonction des devoirs à faire à la maison.
  • Les élèves ayant des difficultés à prendre en note (dyslexie, dyspraxie, TDAH) leurs devoirs sont jumelés avec d’autres élèves afin qu’ils vérifient chaque soir si les devoirs sont correctement notés. Ils sont également leur binôme si besoin lors des devoirs (appel téléphonique).
  • En cas de modification de la liste des devoirs (un travail rajouté car manque de temps en classe par exemple), laissez suffisamment de temps aux élèves afin de modifier l’agenda en conséquence, et vérifier celui des enfants dyslexiques.

2- Expliquez les raisons du devoir.

Les devoirs ont plusieurs objectifs différents : s’entraîner, réviser, prévoir les leçons à venir et approfondir les connaissances sur un sujet. La raison la plus courante des devoirs est la pratique de ce qui a été enseigné en classe, mais il arrive qu’un enseignant demande à la classe de lire un chapitre d’un livre afin qu’il puisse être discuté le lendemain ou qu’un élève doive étudier et réviser pour un test à venir.

Lorsque les enseignants expliquent non seulement en quoi consiste le devoir mais aussi pourquoi il est donné, l’élève peut plus facilement se concentrer sur la tâche à accomplir. Ils placent alors un objectif dans leur tête et savent pourquoi ils travaillent.

3- Utilisez moins de devoirs et plus fréquemment.

Plutôt que d’assigner une grande quantité de devoirs une fois par semaine par exemple, il est préférable d’assigner quelques problèmes, mais de façon régulière.

Les élèves retiendront plus d’informations du fait de l’allègement de la charge de travail, et seront mieux préparés pour continuer la leçon chaque jour. De plus, le rythme plus régulier permettra d’imposer un cadre, et une habitude quant au travail à la maison. Si vous donnez beaucoup de travail, une seule fois, alors ils ne prendront pas l’habitude et ne seront pas motivés le jour J.

4- Faites savoir aux élèves comment les devoirs seront notés.

Recevront-ils une coche simplement pour avoir fait les devoirs ? Les mauvaises réponses seront-elles comptabilisées ? Recevront-ils des corrections et un retour sur les devoirs écrits ? Les élèves souffrant de dyslexie et d’autres troubles de l’apprentissage travaillent mieux lorsqu’ils savent à quoi s’attendre (comme la plupart des élèves d’ailleurs).

5- Permettez aux élèves dyslexiques d’utiliser un ordinateur.

Utiliser un ordinateur permet de compenser les fautes d’orthographe et les écritures illisibles. Certains enseignants permettent aux élèves de faire un devoir à l’ordinateur puis de l’envoyer directement par courriel à l’enseignant ou de l’imprimer. Cela est doublement bénéfique : évite les devoirs perdus ou oubliés, et empêche les copies illisibles et remplies de fautes.

6- Réduire le nombre de questions d’entraînement.

Est-il impératif de répondre à chaque question pour bénéficier des avantages de la pratique ou les devoirs peuvent-ils être réduits à une question sur deux ou aux dix premières questions ? Certes, il faut Individualiser les devoirs pour vous assurer qu’un élève a suffisamment de pratique mais l’accabler de travail ne l’aidera pas, il y passera des heures chaque soir sans retenir à cause de la fatigue. N’oubliez pas que les élèves dyslexiques travaillent dur chaque jour pour suivre le rythme de la classe, parfois beaucoup plus que les autres élèves pour accomplir la même quantité de travail, ce qui les épuise mentalement. La réduction des devoirs leur donne le temps de se reposer et de se régénérer, et d’être prêts pour le lendemain à l’école.

7- Fixez des limites de temps pour les devoirs.

Faites savoir aux élèves et à leurs parents qu’après un certain temps de travail sur les devoirs, l’élève peut arrêter. Par exemple, pour un jeune enfant, vous pouvez fixer 30 minutes journalières maximum. Si au bout de ce temps, il n’accomplit que la moitié du devoir, mais qu’il était bien concentré, le parent peut indiquer le temps consacré aux devoirs et parapher le document afin de permettre à l’élève de s’arrêter.

8- Instructions spécialement conçues

Lorsque tout le reste échoue, contactez les parents de votre élève, organisez une réunion pour mettre en place un plan d’éducation individuelle et rédigez de nouvelles règles pour aider vos élèves à faire leurs devoirs.

Rappel : il est important de rappeler aux professeurs de l’enseignement général de protéger la confidentialité des élèves qui ont besoin de mesures d’adaptation pour leurs devoirs. Les enfants ayant des difficultés d’apprentissage peuvent déjà avoir une faible estime de soi et avoir l’impression de ne pas “s’intégrer” aux autres élèves. Attirer l’attention sur les aménagements ou les modifications des devoirs à la maison peut nuire encore plus à leur estime de soi.

formation des parents

Découvrez une série d’exercices efficaces pour aider votre enfant à progresser

Sans passer par des classes spécifiques SEGPA ou AVS

Avec des exercices motivants, efficaces, ludiques ET conçus par des professionels

Des activités à faire chez soi pour améliorer la santé morale de l’enfant

Recevez gratuitement

2 exercices simples à faire avec votre enfant

et aidez-le à progresser.

Les dys ont besoin d’être aidés et lorsqu'ils sont jeunes, ce sont les personnes les plus proches d’eux, à savoir leurs parents, qui sont les mieux placés. Pour les parents le guide est destiné à vous permettre de mieux comprendre le handicap de votre enfant. De son côté les exercices ont pour objectif de l'aider à s'améliorer et augmenter sa confiance en lui.

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Merci de votre confiance, vous recevrez très vite un email de la part de Raphaël contenant vos exercices. Vérifiez votre onglet Promotion ou Spam si ce n'est pas le cas.

Votre guide gratuit d'exercices inédits pour les enfants dys, obtenez le maintenant.

Conçu par nos experts, vous le recevrez immédiatement dans votre boite email !

Le guide est dans vos mails !