Troubles du langage, est-ce forcément de la dyslexie ?

enfant avec troubles dys qui écrit

Dyslexie ou trouble du développement du langage : identique ou différent, et que devons-nous savoir sur leur relation ?

La dyslexie est un trouble du langage. Mais il en va de même pour les troubles développementaux du langage (TLD). S’agit-il donc de la même chose ?

C’est une question délicate, qui revient souvent dans les cliniques lorsque l’on travaille avec des élèves en difficulté.

Heureusement, des cerveaux se sont penchés sur cette question. Cet axe de recherche a contribué à éclairer notre approche de l’évaluation et du traitement des enfants atteints de dyslexie, de trouble du langage, et à la fois de dyslexie et de trouble du langage.

Nous avons pensé qu’il serait utile de résumer certaines des principales conclusions afin d’aider d’autres personnes qui pourraient réfléchir à la relation entre la dyslexie et les troubles du langage.

Des définitions difficiles

La définition de la dyslexie est controversée. Malgré les tentatives de consensus, il n’existe pas non plus de définition universellement acceptée du trouble du langage.

Les questions de définition font obstacle à la recherche, à l’application des connaissances et à la défense des droits. Sans minimiser l’importance académique de ces débats, les parents, les éducateurs de première ligne et les professionnels de la santé, ainsi que les autres personnes travaillant avec des enfants atteints de dyslexie et/ou de DLD, doivent comprendre les recherches récentes afin de pouvoir rechercher/offrir les meilleurs résultats. Donc, pour cet article seulement, reprenons quelques définitions.

Dyslexie signifie :

  • de graves difficultés à apprendre à lire ;
  • une vision normale ;
  • un enseignement adéquat de la lecture ;
  • des capacités cognitives adéquates (c’est-à-dire sans déficience intellectuelle)

Trouble du langage signifie un déficit inattendu des capacités linguistiques malgré une stimulation environnementale adéquate et des capacités cognitives sans déficience neurologique.

Les parallèles entre la dyslexie et les troubles du langage

Il existe clairement des parallèles. La dyslexie et les troubles du langage :

  • sont des troubles liés au langage ;
  • sont des déficits qui sont “inattendus” compte tenu de l’absence de déficience intellectuelle ou d’autres explications médicales
  • exigent que l’enfant ait reçu une stimulation environnementale adéquate : un enseignement de la lecture approprié pour la dyslexie, et des interactions en langage humain adéquates pour la DLD.

Quelle est donc la différence ?

Déficits phonologiques vs. déficits linguistiques multidimensionnels :

Dans la dyslexie, le principal déficit est la lecture des mots. La plupart des définitions de la dyslexie comprennent des difficultés marquées de lecture, de décodage et d’orthographe des mots. De nombreuses définitions mettent l’accent sur les déficits phonologiques en tant que caractéristique essentielle de la dyslexie.

La phonologie est le système de relations entre les sons de la parole qui constituent les composantes fondamentales d’une langue. Les déficits phonologiques ont un impact sur la spécificité du stockage et du rappel des sons dans les mots, ainsi que sur la capacité du lecteur à manipuler les sons des mots et à relier les sons aux lettres pour lire les mots.

De nombreuses données montrent que les enfants atteints de dyslexie ont, en moyenne, de mauvaises performances dans les tâches qui impliquent la phonologie, y compris la conscience phonologique, la répétition de mots et de non-mots, et la récupération de mots dans leur mémoire pour s’exprimer.

Dans le cadre des troubles du langage, les enfants peuvent présenter des déficits de langage dans de multiples dimensions du langage. Il peut s’agir notamment de la phonologie. Mais ils peuvent également affecter le vocabulaire, les connaissances sémantiques, la morphologie, la syntaxe et l’utilisation sociale du langage : ce qu’on appelle le contenu, la forme et l’utilisation du langage.

Connaissances biologiques primaires vs connaissances secondaires

Le langage oral est une connaissance biologique primaire – les humains en tant qu’espèce ont un instinct naturel pour cela. La lecture des mots est biologiquement secondaire – ou non naturelle.

En termes d’évolution, le décodage des mots écrits est un développement récent et tout le monde a appris à le faire. (C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles de nombreuses définitions de la dyslexie (controversées) excluent les problèmes de lecture causés par un mauvais enseignement. Sinon, toute personne analphabète serait dyslexique, ce qui n’est pas le cas).

Il existe un chevauchement important – bien que déroutant – des concepts lorsqu’il s’agit de lecture. Pour être un bon lecteur, il ne suffit pas de lire les mots de la page – il faut aussi comprendre ce que l’on lit.

La compréhension de la lecture est le produit d’une lecture précise et efficace des mots et de la compréhension de la langue. Ainsi, lors de l’évaluation des personnes ayant des problèmes de lecture, les professionnels de l’éducation et de la santé doivent tenir compte à la fois des compétences de décodage (qui peuvent être pertinentes pour un diagnostic de difficultés de lecture ou de dyslexie), ainsi que des compétences générales de compréhension du langage (qui peuvent être pertinentes pour un diagnostic de TLD).

De nombreuses compétences de compréhension de la lecture sont basées sur le langage oral primaire biologique ou sur d’autres connaissances. Les compétences de compréhension du langage oral, la conscience phonologique, les compétences en matière de vocabulaire et de dénomination, la théorie de l’esprit, la connaissance des relations humaines, la connaissance de la biologie (notamment des animaux et des plantes) et des environnements physiques – ainsi que les connaissances générales sur le monde – contribuent à aider les enfants dys à comprendre ce qu’ils lisent.

Le point essentiel est qu’une bonne compréhension de la lecture nécessite de bonnes capacités de décodage et de compréhension du langage ; et que des déficits dans l’un ou l’autre (ou dans les deux) peuvent causer des problèmes de lecture cliniquement significatifs.

En d’autres termes, les enfants dyslexiques et de nombreux enfants atteints de TDL ont des problèmes de lecture. Mais les problèmes de lecture peuvent être causés par des problèmes de décodage, des problèmes de compréhension du langage ou les deux – et il est essentiel de découvrir quels déficits contribuent aux difficultés de lecture d’un enfant afin de pouvoir planifier la bonne intervention.

Tous les enfants atteints de troubles du langage seront-ils dyslexiques ?

Donc, si la dyslexie est un trouble lié au langage, tous les enfants atteints de dyslexie ont-ils un trouble du langage ?

La réponse courte semble être non. Bien que la science ne soit pas encore établie, le trouble du langage et la dyslexie semblent être des troubles distincts qui peuvent coexister.

Des études suggèrent par exemple que :

  • la majorité des enfants atteints de troubles du langage ne sont pas dyslexiques
  • la majorité des enfants dyslexiques n’ont pas de trouble du langage
  • les déficits phonologiques sont plus étroitement liés à la dyslexie que le trouble du langage.
  • la dyslexie et le trouble du langage sont souvent concomitants, bien que personne ne sache exactement à quelle fréquence (différentes études, avec différents modèles, montrent une concomitance de 17 à 71 % !)
  • certains enfants dyslexiques qui ne souffrent pas de trouble du langage présentent encore des compétences linguistiques relativement faibles par rapport à celles de leurs camarades au développement normal, par exemple un vocabulaire plus pauvre, des capacités de répétition de phrases et de compréhension de la syntaxe qui restent dans la norme ;
  • certains enfants atteints de dyslexie présentent des compétences linguistiques orales normales ou même supérieures à la moyenne
  • certains enfants atteints de dyslexie mais dont les compétences linguistiques orales sont normales (c’est-à-dire sans trouble du langage) présentent un mauvais apprentissage des mots par rapport aux enfants au développement normal, notamment en ce qui concerne l’apprentissage de la phonologie des nouveaux mots.

Que faisons-nous de cette recherche ? Nos enseignements cliniques

Cette recherche a eu – et continue d’avoir – un grand impact sur les pratiques cliniques. Nos principales conclusions sont les suivantes :

Nous savons désormais que la dyslexie (qui n’est pas une maladie) n’est pas la même chose qu’un trouble du langage, même si les deux sont souvent concomittant. Tous ceux qui travaillent dans le domaine de l’alphabétisation des enfants – parents, chercheurs, orthophonistes, enseignants, psychopédagogues et étudiants eux-mêmes – doivent savoir que la dyslexie et les TDL sont des troubles distincts mais souvent concomitants.

Il est probable qu’au moins la moitié des enfants identifiés comme ayant des difficultés de lecture à l’école auront un trouble du langage concomitant (mais peut-être non diagnostiqué).

De nombreux enfants dyslexiques qui obtiennent des résultats normaux aux tests linguistiques standardisés peuvent encore avoir des difficultés linguistiques importantes (même si elles sont subcliniques) qui peuvent justifier un suivi et des adaptations.

Les élèves dyslexiques – qu’ils soient ou non atteints de TDL – risquent d’acquérir plus lentement la langue et de développer plus lentement leurs connaissances du monde au cours de leur vie en raison d’une expérience réduite de la lecture – ce qu’on appelle l’effet Matthew. Ce retard peut persister et représenter un handicap majeur dans la vie sociale et profesionnelle des adultes dyslexiques.

En plus d’un enseignement de la lecture de haute qualité et fondé sur des données probantes, ces élèves peuvent bénéficier de techniques compensatoires qui leur permettent d’être exposés à des livres/textes de qualité et d’accroître leurs connaissances du monde autrement que par les livres imprimés, par exemple par le biais de livres audio ou d’enregistrements vidéo de textes scolaires.

Lors de l’évaluation des enfants d’âge scolaire ayant des difficultés de lecture, il est essentiel que la batterie d’évaluation comprenne des tâches d’évaluation de la lecture et de la langue orale, notamment des tests de phonologie, d’orthographe (orthographe), de morphologie, de sémantique, de vocabulaire, de syntaxe et de traitement du discours.

Quelle que soit l’étiquette (ou les étiquettes), l’intervention doit être adaptée pour cibler les forces et les faiblesses de chaque enfant dans tous les domaines du langage, en partie parce qu’elles ont toutes un impact sur la compréhension de la lecture.

Les enseignants, les orthophonistes, les psychologues, les spécialistes de la lecture et les éducateurs spécialisés doivent collaborer pour aider à soutenir les élèves ayant des besoins multiples. Nous devons également nous éduquer mutuellement – pour partager nos connaissances et éviter le jargon incohérent – afin d’aborder les problèmes de lecture et de langage oral des élèves dont les enseignants et les parents ont la charge.

Recevez gratuitement par email

une liste d’exercices à pratiquer avec votre enfant Dys pour l’aider à surmonter ses difficultés

Ainsi que quelques fois par an un email récapitulant les nouveautés du site.

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Formez-vous pour aider votre enfant dys

 

SequoiaEducation propose en partenariat avec FranceDyslexia une formation complète pour les parents d’enfant dys. Les deux formateurs présentent plusieurs exercices de base pour aider au mieux un enfant atteint de troubles de l’apprentissage.

Après une courte présentation théorique pour vous aider à mieux comprendre les troubles qui touchent les personnes dys vous serez guidés pas à pas dans la mise en place des exercices.